Renforcement des capacités des parlementaires en RCA en matière de formation et la prise en compte du genre

6 December 2017
1002 Views
Comments are off for this post

Photo des travaux en salleLes Députés centrafricains plus que jamais déterminés à contribuer à l’amélioration de la gouvernance forestière.

Le Parlement en Centrafrique a été identifié tout au début du projet CV4C comme acteur et cible non négligeable. C’est pour cette raison que ces derniers ont bénéficié des sessions de renforcement des capacités organisées par CV4C.

Au total, six députés membres de la Commission Production, Ressources Naturelles et Environnement ont pris part aux formations des formateurs du 2017 et sur la prise en compte du genre dans les processus de gouvernance forestière en RCA.

A l’issue de chacune de leur participation, ces parlementaires ont proposé un plan d’action pour la suite.

Synthèse du plan d’action

Formation des Formateurs

  1. La restitution de la formation au niveau de la commission Production Environnement et ressource naturelle.
  2. Restitution élargie aux autres Commissions de l’Assemblée Nationale
  3. Formation des Parlementaires en gouvernance forestière

Formation sur la prise en compte du genre

  1. Restitution de la formation aux Députés membres des autres commissions
  2. Formation des parlementaires sur la prise en compte du genre dans les processus de la Gouvernance Forestière
  3. Collecte et analyse des textes nationaux en lien avec la Gouvernance Forestière par rapport au concept Genre
  4. Proposition d’intégration du genre dans les textes en lien avec la Gouvernance Forestière

C’est pour cette raison qu’ils ont sollicité et obtenu du projet un appui technique et financier pour l’organisation d’un atelier de restitution à leurs collègues Députés, membres d’autres Commissions.

Au total, une cinquantaine de Députés ont pris part à cet atelier de restitution qui a été placé sous la présidence de L’Honorable Jean Michel MANDABA, Président de la Commission Production, Ressources Naturelles et Environnement, représentant du Président de l’Assemblée Nationale.

Dans discours d’ouverture, ce dernier a montré sa satisfaction pour la présence massive des Elus de la Nation qui selon lui témoigne sans doute l’intérêt que chacun accorde à nos ressources naturelles en générale et en particulier aux travails des ONG. Il poursuit en précisant que malgré les efforts fournis par le gouvernement, les parlementaires et les organisations membres de la société civile centrafricaine durant la transition, beaucoup de chose reste à faire. C’est pour cela qu’au nom du Président de l’Assemblée Nationale, il a marque son entière disponibilité pour appuyer les ONG de l’environnement dans leurs activités.

Il a aussi rappelé à ses collègues que le projet dans sa phase d’inception avait entretenu avec eux pour connaitre leurs besoins en vue d’un renforcement des capacités. C’est ainsi qu’il a exhorté ses collègues en ces termes « si nous avons laissé nos occupations pour être là, c’est par ce que nous avons compris le sens de la responsabilité qui incombe à toutes les parties de contribuer à la gouvernance forestière en République Centrafricaine ».

A la suite des deux discours, l’occasion était donnée aux différents communicateurs du CIEDD de : (i) donner une connaissance claire sur le CIEDD, (ii) présenter les plus values qu’il a apporté dans son domaine d’intervention, (iii) le fondement et importance de la collaboration entre CIEDD et les Parlementaires et enfin de présenter (iv) le Contexte du projet CV4C, (v) la situation de l’OI dans les 5 pays cibles, (vi) les Objectifs du projet et enfin les Résultats attendus du projet ;

La restitution

Les députés, participants aux formations ont dans leur restitution présenté : le rôle des parlementaires dans l’amélioration de la gouvernance des ressources forestières. Cette présentation tournait autour d’un constat justifiant de la bonne gouvernance forestière, la notion de la bonne gouvernance selon le parlementaire enfin comment et à quel niveau peut intervenir le parlement pour améliorer la gouvernance des ressources naturelles, plus particulièrement forestières ?

Le présentateur a conclu en se référant à l’article 60 de la constitution (Art.60 : L’Assemblée Nationale se prononce sur les projets de lois déposés sur son bureau) qui selon lui est un point de départ qui renforce le pouvoir de contrôle des Parlementaires.

La prise en compte du genre dans les processus de gouvernance a été restitué par l’Honorable KOIROKPI Antoine. Elle portait sur (i) les Objectifs de l’atelier de formation, (ii) le Contenu de la formation, (iii) les obstacles à la participation des femmes, (iv) les outils d’analyse genre pour son intégration dans les APV-FLEGT-REDD+ et d’autres processus de gouvernance forestière.

Il aussi parlé de (i) l’Elaboration des indicateurs genre sensibles pour évaluer et suivre les changements, (ii) l’Elaboration d’un plan d’action et enfin le Pourquoi du genre dans la Gouvernance forestière : Elément à retenir.

Les différentes présentations et restitutions ont été suivies des échanges et suggestions. A l’issu duquel des questions ont été adressées aux présentateurs et ont trouvé leurs réponses.

Les principales discussions portaient sur :

  1. La valorisation de genre, que CIEDD a déjà fait ses premiers pas en mettant en place un point focal dont la représentante est Norma GUITINZIA YENGBO. Les entités ayant pris part à la formation et à la restitution peuvent déjà à s’inscrire dans la promotion du genre, dans le cas contraire demander un appui du projet.
  2. Le taux de transformation prévu par la loi, le président de la Commission a souligné que grâce aux réactions des Députés qui ont interpellé, le Ministre sortant sur le taux de transformation et suite à cette rencontre que le Ministre a modifié l’arrêté relatif à l’augmentation de taxe d’exportation de grume qui empêche les sociétés de transformer les bois en RCA.

Les principales recommandations portaient sur :

  1. Le renforcement de tous les députés sur la gouvernance forestière ;
  2. La révision de dernier code forestier de 2008 pour le cadrer aux réalités actuelles (Processus APV/FLEGT, la REDD+ et la foresterie communautaire) ;

Le Président de la séance en sa qualité de représentant de son Excellence Président de l’Assemblée Nationale rassure tous les participants que l’Assemblée Nationale a déjà un partenariat avec CIEDD, elle compte continuer ce partenariat en l’appuyant dans le plaidoyer de tout genre. Il finit en félicitant l’équipe du projet de tout le travail abattu.

Photo du président de la séance, Honorable Jean Michel MANDABA, Président de la commission Production, Ressources Naturelles et de l’Environnement, représentant personnel du Président de l’Assemblée Nationale

Echange de l’Honorable DIMBELE avec la presse, à la fin des travaux