Quatre nouvelles OSC camerounaises désormais engagées à mener des activités d’OI suivant l’approche du SNOIE

17 August 2018
895 Views
Comments are off for this post

Le personnel des organisations de la société civile (OSC) camerounaise impliqué dans les activités d’OI, a été formé du  06 au 10 Août 2018 aux  activités d’OI selon les processus et procédures du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE). Cet atelier a été organisé dans le cadre du projet “Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le bassin du Congo’’ (Projet CV4C) mis en œuvre grâce au soutien financier de l’Union Européenne et des partenaires du projet. A l’issue de l’atelier de cinq jours, ils délivrent leur appréciation et partagent les leçons apprises. 

Pascal NLEND, SUHE

« La formation que nous avons reçue sur l’Observation Indépendante Externe Normalisée a été très favorable pour notre organisation à base locale, qui intervient directement dans les localités pour déclencher les missions d’OI du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe. Toute la documentation et les enseignements obtenus au cours de cette formation, va permettre à notre organisation d’ améliorer nos méthodes de collecte et de traitement des données des cas d’exploitation forestière présumées illégales que nous relevons dans le domaine forestier national et dans les titres attribués »

Chrétien BELIBI, ECODEV

« Je trouve que la formation des Organisations de la Société Civile impliquées dans l’Observation Indépendante Externe à l’observation indépendante externe normalisée, organisée par FODER, arrive à point nommé pour moi. En effet, j’ai appris beaucoup de choses, notamment en ce qui concerne le Système de Management de Qualité avec la norme ISO 9001 sur laquelle est endossé le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE). J’ai également pris connaissance des différents documents permettant de collecter les données sur le terrain, lors d’une mission d’OIE et de l’importance de l’archivage dans l’OI. Cette formation a été aussi l’occasion de prendre connaissance sur les types d’illégalités que l’on peut observer sur le terrain, les approches et les limites de l’activité d’OIE effectuée par la société civile, de façon à ne pas interférer avec l’activité de l’officier de police judiciaire, membre de l’administration en charge des forêts. Pour cela, il nous a été conseillé de présenter les illégalités sous forme de présomptions ; avec l’utilisation constante du conditionnel dans l’approche d’analyse des faits. Nous ne pouvons dire qu’un grand bravo à FODER pour cette initiative dont les produits nous permettent déjà d’entrevoir une plus grande amélioration dans nos interventions de terrain en matière d’observation des activités d’exploitation forestière illégale dans la localité du Mbam et Kim où nous intervenons »

Khinjem Awah Epse Tiomwin – FCTV

« L’initiative prise par l’association FODER de rassembler  plusieurs OSC en vue  de leur donner les moyens d’appliquer  les procédures du SNOIE doit être saluée. Il y a environ trois ans, très peu d’OSC maîtrisaient l’utilisation du SNOIE dans la conduite des opérations  d’observation  indépendante des forêts. L’implication des OSC qui sont en contacts étroits et réguliers   avec les exploitants forestiers et les communautés locales va renforcer  la confiance et  leur capacité à mener des activités d’observation indépendante des forêts dans leurs zones d’intervention respectives. Je souhaite que des  formations de ce genre se multiplient  au plus tôt afin de donner la possibilité aux  OSC de tous les secteurs forestiers du Cameroun d’expérimenter le  SNOIE. Je me réjouis de la détermination de FODER à garantir l’amélioration continue du SNOIE afin d’assurer  la qualité des activités sur le terrain et des rapports produits par les OSC impliquées dans l’observation  indépendante des forêts. D’une manière générale, j’ai tiré de nombreuses leçons  tout au long de cette formation. Tous les modules proposés aux participants étaient indispensables. Je peux désormais être fière  de ce qui suit: Maîtrise des processus, procédures et outils du SNOIE ; préparation, organisation et réalisation d’une  visite de  terrain pour  l’Observation Indépendante des Forêts ;   notion des procédures judiciaires ; archivage et extraction  des documents du SNOIE ; rédaction d’un rapport d’Observation Indépendante des Forêts et collecte des données, traitement et cartographie numérique. »

Diane BALA, ECODEV

La formation des OSC sur le SNOIE a été très enrichissante. J’ai beaucoup appris sur la question d’analyse juridique liée à une mission d’OIE, la qualification des faits en tant qu’observateur sans toutefois se substituer à un Officier de Police Judiciaire à compétence spéciale qui est responsable du contrôle forestier. Cette formation m’a également permis de bien appréhender les méthodes et outils développés par le Système normalisé d’observation indépendante externe (SNOIE), pour une assurance qualité de nos rapports d’OI. A l’issue de cette formation et sur la base des procédures du SNOIE appris, le SNOIE est un système bien pensé, d’autant plus qu’il établit les rôles et responsabilités de chacun. Par ailleurs, il permet la spécialisation des différents membres pour plus d’efficience. En outre, j’apprécie le fait que le système ne soit pas figé ; mais encourage l’amélioration continue. Cela voudrait dire qu’il reconnait que comme toutes œuvres humaines, il peut avoir des imperfections qui seront améliorées au fil du temps.

Elias DJOH, Ca.BU.Ro

La formation sur l’observation indépendante externe normalisée a permis au Ca.Bu.Ro de développer des compétences et des capacités pour mener à bien une mission d’observation indépendante des forêts. Cette formation est venue réellement renforcer nos capacités dans l’amateurisme qui nous créait beaucoup des conflits. Nous avons aujourd’hui des outils et une méthode rigoureuse pour faire une dénonciation sans risque d’être soupçonné ou entendu par qui que ce soit. Il ne nous reste qu’à chercher et trouver les moyens pour obtenir le matériel et les moyens nécessaires pour s’investir dans l’observation indépendante externe normalisé des forêts afin de pouvoir défendre les intérêts des communautés, ce qui est notre premier axe stratégique.

Propos recueilis par Christelle KOUETCHA.