La première journée de sensibilisation des décideurs politiques a lieu à Bangui

24 January 2020
775 Views
Comments are off for this post

La première journée de sensibilisation des décideurs politiques sur la mise en œuvre de l’Accord de Partenariat Volontaire (APV-FLEGT) signé entre l’Union Européenne et la République Centrafricaine s’est tenue le mercredi 22 janvier 2020, dans la salle VIP des 20 000 Places à Bangui, République Centrafricaine.  Cette journée cherchait à faire le point, avec les honorables députés, les membres de la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance, des membres du Conseil Economique et Social ainsi que les professionnels des médias, sur l’accord et sa mise en œuvre en RCA, afin de les informer et de les sensibiliser pour mieux garantir la transparence dans ce processus qui vise la bonne gouvernance des massifs forestiers et le respect des réglementations concernées.

Plus spécifiquement, il s’agissait d’échanger entre autres sur : le potentiel du massif forestier, les enjeux de l’APV et de son état de mise en œuvre dans les trois (3) collèges d’acteurs. Le processus d’observation indépendante mandatée (OIM) confié à la société civile, le secteur privé.

Cette journée a été présidée par Son Excellence, Monsieur Idriss AMIT, Ministre des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche. Les travaux se sont déroulés en deux phases : une session d’ouverture officielle et d’une session de série de présentations au cours desquelles un consensus s’est dégagé autour des principaux sujets ayant débouché sur la rédaction d’un rapport de l’atelier ensuite, d’un communiqué final.

A l’issue des travaux, les participants ont réitéré leur engagement à poursuivre la mise en Œuvre de l’accord. Ils ont aussi convenu entre autres de :

  • Prendre les dispositions nécessaires pour encourager la restauration du contrôle forestier en y associant les Honorables Députés.
  • Prendre des dispositions pour réactiver au plus vite les permis d’exploitation et d’aménagement pour encourager la transformation du bois à hauteur du taux prévu par la loi (70 %).
  • Poursuivre la mobilisation de la convention de financement prévue pour le déploiement du système de vérification de la légalité (SVL) pour le meilleur suivi de nos bois.
  • Constater l’utilité de rétrocession aux communes des taxes forestières, afin d’assurer le développement des communes, sollicite une large diffusion auprès des villages riverains du programme d’emploi validé par les autorités compétentes.
  • Constater le retard pris dans le décaissement de la convention de financement signée en 2012, avec l’Union Européenne à hauteur de 6,7 millions d’euro pour le déploiement du système de vérification de légalité (SVL), sollicite l’appui du bureau de l’Assemblée Nationale afin d’avoir des échanges avec Son Excellence, Madame l’Ambassadrice, Cheffe de la Délégation de l’Union Européenne à ce sujet.
  • Constater l’utilité de la contrepartie nationale dans la mise en œuvre de cet accord d’une part et de la suspension des activités de l’Agence de Gestion Durable des Ressources Forestières (AGDRF), maillon non négligeable dans la mise en œuvre de l’APV d’autre part, d’interpeller le Gouvernement afin que des mesures idoines soient prises.
  • Constater l’utilité d’un cadre de concertation pérenne, les participants sollicitent la mise en place d’un cadre de réflexion composé des députés, des membres de la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance, les membres du Conseil Economique et Social et aussi des cadres du ministère en charge des forêts afin de mener des réflexions sur le secteur forêt-bois.
  • Adopter la mise en place à l’issue de cette journée, la mise en place d’un comité de suivi des recommandations issues de cette rencontre.

Fait à Bangui, le 22 janvier 2020.

Photos de l’événement