Gabon

  • Partenaire : Brainforest
  • Domaine : Amélioration de la qualité des missions et des rapports d’OI de Brainforest

Quelle était la situation dans ce domaine avant le début du projet ?

Avant le début du projet, le Gabon n’avait presque pas d’expérience sur la mise en œuvre sur l’OI, en dehors d’une initiative ponctuelle qui avait permis d’introduire très brièvement le concept. De ce fait, les missions et les rapports étaient réalisés dans le seul but de dénoncer. Il faut dire que cela pouvait s’apparenter à des attaques car dans certains rapports, bien que l’information soit fondée, il arrivait que des éléments de preuve manquent.

Quelles ont été les principales réussites et les facteurs de celles-ci ?

Les différentes formations offertes dans le cadre du projet et les appuis lors de la mise en œuvre de missions d’OI, ont permis à Brainforest de mener un suivi efficace des activités liées à l’exploitation forestière avec à la clé des rapports. La réalisation de ces missions suit une méthodologie rigoureuse et adaptée qui permet de prioriser les interventions. Les rapports de Brainforest ont été à l’origine d’actions prises par l’administration en charge des forêts notamment des actes pris par le ministre en charge des forêts démettant/relevant de leurs fonctions, certains agents cités dans lesdits rapports. Les rapports présentent désormais des faits analysés en référence à la loi et les preuves sont géo référencées et cartographiées, ce qui assure une pleine objectivité. Un processus de relecture par les pairs permet d’assurer une qualité des informations publiées.

Quels ont été les défis (ou les échecs) ?

Le principal défi est l’accès limité à l’information auprès des administrations ou des concessionnaires forestiers et dans les sites d’exploitation qui ne permettent pas d’avoir le maximum d’information. La définition d’un cadre de collaboration avec l’administration va aussi permettre de mieux valoriser les informations produites grâce à ce mécanisme. L’autre défis qui va se présenter sera d’avoir les moyens techniques et matériels permettant d’étendre la méthodologie au suivi des secteurs autres que le bois.

Quelles sont les principales leçons apprises ?

L’observation indépendante nécessite non seulement une bonne maitrise des techniques d’investigation, mais également de toute la législation encadrant le secteur dont on veut assurer le suivi. Le renforcement des capacités à ce niveau est essentiel.

Article et liens

Scroll to Top